Vivre en Suisse: Information et conseil en ligne  

Sida

En Suisse, environ 20.000 personnes sont porteuses du virus VIH ou développent le sida : cela fait moins de 0,5% de la population. Cependant, dans certains groupes, la propagation du virus est beaucoup plus importante. C'est particulièrement vrai pour les homosexuels masculins, pour les migrants originaires d'Afrique sub-saharienne et pour les consommateurs de drogues injectables. Dans ces groupes, 5% des personnes et plus sont infectées par le VIH.

Le virus VIH se transmet principalement par relation sexuelle non protégée et échange d'aiguilles et de seringues pour l'usage de drogues. Une mère infectée peut transmettre le virus à son enfant pendant la grossesse, l'accouchement ou l'allaitement. La transmission par transfusion sanguine est relativement rare en Suisse en raison de l'exigence élevée des normes médicales.

Signes cliniques

Peu de temps après l'infection, la charge virale est en forte augmentation. De légers symptômes pseudo-grippaux peuvent apparaître, qui disparaissent généralement après 1-2 semaines. Par réaction de défense, l'organisme développe les anticorps immunitaires contre le virus VIH. Cependant, il faut attendre au moins trois mois pour exclure définitivement une infection par le VIH, bien qu’une infection puisse être confirmée plus tôt. Pour cette raison, un test de dépistage effectué avant le délai de 3 mois n'est pas inutile mais devra être répété.
Il s'ensuit une phase asymptomatique qui peut durer plusieurs mois ou années. Mais durant cette phase, la charge virale continue d'augmenter. En conséquence, le système immunitaire est amoindri. Il se produit alors des symptômes spécifiques similaires à des rhumes , fièvre, toux, etc. jusqu'à ce que finalement, au dernier stade le système immunitaire se trouve tellement affaibli que le SIDA ((Acquired Immunodeficiency Syndrome, en anglais et Syndrome Immunodéficient Acquis en français) se déclenche, avec des infections potentiellement mortelles ainsi que des tumeurs cancéreuses.

Traitement

L'infection par le VIH se traite, mais elle est incurable. Commencée à temps, la thérapie antirétrovirale offre de grandes chances de maintenir la charge virale basse dans le sang à long terme, et ainsi, de retarder l'apparition du sida pendant de nombreuses années.
Recommandation
Lorsque suite à des rapports sexuels non protégés avec une personne de l'un des groupes à risque (hommes homosexuels ou bisexuels, toxicomanes, migrants originaires d'Afrique sub-saharienne, prostituées) des symptômes pseudo-grippaux, démangeaisons ou brûlures dans la région génitale, etc. apparaissent après quelques jours, il est sensé de faire un test de dépistage du sida.

Prévention

$Pour se prémunir contre l'infection, les règles du Safer Sex sont de rigueur. D'autre part, ne jamais réutiliser du matériel d'injection. (Utiliser du matériel jetable).
 
Le Safer Sex peut être résumé comme suit :
·      La seule protection contre les infections lors de rapports sexuels avec pénétration (vaginale ou anale) est le préservatif (condom ou femidom).
·     Cela vaut aussi pour les relations orales : pas de sperme ou de sang dans la bouche, donc pas de risque d'en avaler.

Les relations sexuelles avec des personnes séropisitives

Le diagnostic du VIH-positif ne signifie pas que les personnes concernées doivent se passer de leur intimité et des relations sexuelles. Les précautions appropriées doivent être prises sans hésitation lors de relations sexuelles.
Recommandation
Avec des partenaires occasionnels, les règles du Safer Sex doivent toujours prévaloir.
Si l’on suit une thérapie anti-VIH à la lettre et que le médecin traitant analyse régulièrement les résultats, le risque de transmission du VIH pendant une relation sexuelle, même non protégée, tombe pratiquement à zéro. Pour cette raison, des rapports sexuels non protégés dans un couple stable peut rentrer en ligne de compte.
Recommandation
Si un couple désire pratiquer des relations sexuelles non protégées, ils doivent le décider ensemble. Il vaut également la peine de prendre conseil ensemble auprès de personnes qualifiées.

La grossesse

Le risque de transmission du VIH existe pendant la grossesse, l'accouchement et l'allaitement. Cependant, grâce à la thérapie anti-VIH ce risque peut être évité.
Recommandation
Il est important pour les couples de communiquer leur désir d’enfant à leur médecin traitant le plus tôt possible.

Liens: