Vivre en Suisse: Information et conseil en ligne  

Orientation sexuelle

L'orientation sexuelle s'affirme déjà à la prépuberté chez plupart des gens. Généralement bien avant la première expérience sexuelle. Lorsqu'une personne éprouve une attirance sexuelle pour une personne du même sexe (homosexuelle) ou du sexe opposé (hétérosexuelle), qu'elle ressent une inclinaison pour les deux sexes (bisexuelle), il est généralement admis qu'il ne s'agit pas d'un choix conscient et, par conséquent, que cela ne peut pas être modifié à volonté. Dans le monde, 5 à 10 pour cent des personnes ont une orientation homosexuelle.

L'article 8 de la Constitution Fédérale interdit la discrimination du mode de vie. Les homosexuel/les et bisexuel/les ont donc le droit de vivre leurs attirances sexuelles en Suisse. Ils ont, en principe, les mêmes droits que les hétérosexuels et sont soumis aux mêmes interdictions.

Loi sur le partenariat enregistré

Grâce à la loi sur le partenariat enregistré, les couples gays ou lesbiennes peuvent faire officialiser leurs couples légalement. Un partenariat enregistré de couple homosexuel étranger est assimilé en droit à un mariage hétérosexuel étranger .
Cependant, l'adoption d'enfant ou la procréation médicalement assistée pour les couples homosexuels est encore interdite en Suisse.

Préjugés et discrimination

Malgré l'article constitutionnel, il n'existe pas de protection efficace contre la discrimination pour les gays et les lesbiennes en Suisse. Même si les mentalités évoluent lentement, ils se heurtent encore à de nombreux préjugés et à la discrimination au quotidien.
Recommandation
En Suisse, plusieurs organisations gays et lesbiennes travaillent pour les intérêts des homosexuels. Ils offrent un large éventail de conseils et de soutiens aux personnes concernées par la discrimination. Les organisations sont, bien entendu, ouvertes aux migrants qui ont une orientation homosexuelle.

Coming-Out

En raison des nombreuses idées reçues qui circulent toujours dans la vie quotidienne, il est souvent très difficile pour les femmes et les hommes homosexuels et bisexuels de faire part de leur orientation sexuelle à leur entourage. Le coming-out est un processus long et douloureux pour la plupart d'entre eux. Beaucoup craignent d'être rejetés par leur famille, amis et collègues de travail, s'ils font connaître leur attirance sexuelle. La vie est souvent très pesante pour les gays et les lesbiennes, en particulier dans les milieux traditionnels ou religieux et dans l'entourage personnel et familial.
Recommandation
Les migrants qui viennent d'un pays où l'amour homosexuel est socialement mal vu, voire interdit et soumis à des peines sévères, doivent savoir qu'en Suisse, ils ont le droit de vivre leur orientation sexuelle.
Les personnes issues de confessions conservatrices, voire intégristes, quelles qu'elles soient, où l'homosexualité est considérée comme un péché et qui ressentent le besoin de faire leur coming-out peuvent se faire aider par les organisations homosexuelles et lesbiennes de conseils et soutiens.

Homosexualité, motif d'asile

De nombreux pays africains et islamiques interdisent l'amour homosexuel. Celui qui se déclare ouvertement gay ou lesbienne, risque des peines sévères, voire sa vie. La persécution basée sur l'orientation sexuelle peut être reconnue en Suisse comme motif d'asile.
Attention
Pour que l'homosexualité soit considérée comme un motif d'asile, il est essentiel que la personne qui dépose une demande révèle son expérience de la persécution dès la première audience, même si c'est très difficile pour des raisons culturelles. Les histoires de fuites inventées de toutes pièces sont détectées, pour la plupart, et conduisent au rejet de la demande. Et dans la plupart des cas, il n'est désormais plus possible d'introduire l'histoire véridique en appel.

Liens: